Oversight

La méfiance du public américain pour le pouvoir exécutif est profonde et est un des arguments électorales les plus importants à droite comme à gauche. Et d’une certaine façon la dénonciation du big government dans les années 80 a eu son pendant positif, avec le développement des instruments de contrôle du pouvoir exécutif. Dans une ère de pénurie d’argent publique, il est devenu important de vérifier l’efficacité du Gouvernement.
La culture de l évaluation est très présente dans le monde anglo-saxon un peu moins chez nous. Alors que devons-nous retenir de l’exercice de ce pouvoir de contrôle au Etats-Unis?
Il existe une batterie d’organisations, internes au Congrès ( pas comme la Cours des Comptes qui ne communiquait quasiment jamais avec le Parlement Français avant la reforme des institutions), chargées de ce contrôle: Le Congressional Research Service, l’ Office of Technology Assessment et le Congressional Budget Office. Chacune sont chargées de faire des études poussées sur l’activité des agences fédérales et d’évaluer leurs performances.
Il y a plusieurs autres voies à ce contrôle:
– les audits du Governmental Audit Office
– les rapports d’etapes prévus par la loi
– les groupes ad hoc (groupes d’information bipartisans) comme le “Members of Congress for Peace through law” qui informe ses membres à propos de la législation en matière de politique étrangère et de défense.
Cette culture du contrôle de la dépense est présente non seulement dans les discours mais également dans les pratiques. Ainsi par exemple un sénateur démocrate du Wisconsin avait pris l’habitude de décerner le prix de la toison d’or à l agence qui gaspillait le plus d’argent. Sur quelle principe ce faisait son choix. Et bien, le Sénateur se rendait au hasard dans les bureaux d’une agence fédérale et demandait aux personnes quelle était leur tache. Une méthode arbitraire mais très médiatique
Mais malgré les moyens dont disposent les congressman pour effectuer ce contrôle, celui-ci est encore imparfait car peu coordonné. D’autant qu’il est très difficile de contrôler une bureaucratie très fragmentée.
Bien qu’il soit bien vu dans la politique américaine de s’afficher comme un garant de l’austérité de la dépense public, un défenseur du “tax payer money“, on s’aperçoit que les représentants n’ont que peu de temps à consacrer à ce contrôle et n’y trouve que peu de bénéfices électoraux et politiques.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :